google-site-verification: google91c43051cad13d90.html

Les pèlerins de l'invisible


Nouveau

Les pèlerins de l'invisible

En stock
Expédition possible sous 2 jours

19,00
Les prix sur le site internet sont en euros sans facturation de TVA selon l'article 293b du CGI
Poids du colis: 100 g


"Les pèlerins de l'invisible" de Michel Julien est un premier roman original et séduisant. Au fil d'un récit autobiographique kaléidoscopique dans le temps et l'espace, se révèle un plaidoyer pour la poésie et un hymne au féminin, ainsi qu'une chronique critique et sans concession des années 2000 et de la société du spectacle. Chaque rencontre apparaît comme l'un de ces pèlerins "vivant bien plus que ces rôles stéréotypés que la société nous assigne" et pour lesquels les Anges ne sont rien d'autre que "ces amis que l'on ne fait qu'entrevoir". Parsemé de pépites et inspiré de spiritualité au quotidien, un florilège de tranches de Vie et une réflexion profonde, à découvrir ...

Extrait: " Troisième hiver, troisième été. Alors que le soleil s'approche de l'horizon, de la crête du massif montagneux qui jouxte l'occident, qui paraît plus sombre par contraste, là-bas, dans le lointain, je m'assieds sur le coussin rouge et or. Les herbes sont folles et parsemées de boutons d'or et de violettes. C'est la première fois que je me propose de méditer face au coucher du soleil. J'entends ou je devine Nathalie qui, comme je me retourne vers elle sur ma gauche en levant le regard, me fait signe de la main, depuis le premier étage de la maison, ce signe est extraordinairement amical, complice de ce que je m'apprête à vivre, compagne finalement de la voie qui est la mienne, comprenant enfin sa beauté. D'emblée, mon regard se fait vaste et diffus, car il faut éviter de fixer l'astre qui est encore assez puissant pour éblouir ou même aveugler. Au bout d'un moment, je sens comme une sorte de vent qui n'est pas seulement le vent, mais une pluie cosmique, un insecte me fonce droit dessus et passe sur le côté, un autre traverse mon champ de vision de gauche à droite, il y a comme un affolement à peine perceptible et cependant, traduisant à l'évidence l'ampleur de ce qui est en train de se jouer dans la direction où je regarde, l'évènement immanent qui en tire sa source, là-bas, au-delà de toute distance connue. Je suis de mieux en mieux conscient de la vie qui m'entoure, qui m'était presque invisible quelques instants auparavant, je sens la symbiose parfaite de ce monde des fleurs et des insectes, des nuages et des parfums, avec la décrue du rayonnement de l'astre, cet astre qui donne lumière et chaleur, énergie et croissance à tous êtres vivants. Une abeille butine une fleur droit devant moi. Soudain, je sens des larmes de bonheur ruisseler sur mes joues, une extase me submerge de gratitude, et je comprends au même moment que je suis en train de faire l'expérience bouleversante de l'Unité avec ce qui m'entoure, de la non- séparation. Le halo de lumière qui diffuse du point central de mon champ de vision me relie à l'ensemble de celui-ci, il crée une continuité entre tous les plans qui rend la division des profondeurs de champ complètement inopérante, découpage artificiel de mon mental qui n'a plus cours maintenant, je perçois à la seconde présente le vol d'un insecte dans la prairie en contrebas, aussi nettement que ceux qui me sont les plus proches,… proche et lointain maintenant se confondent, je pourrais presque toucher la montagne d'en face, et la ligne de crête que le halo solaire s'apprête à rejoindre, avec une lenteur délicieuse, je suis au centre et partout en même temps, l'espace et ma conscience ne font qu'un, c'est une impression sans pareille. N'étant plus un être séparé, ou plutôt, n'étant plus séparé de l'Etre universel, ma perception devient totale, le plaisir d'exister est intense, sans peine, sans impatience, le temps non plus n'est pas en dehors de moi mais parfaitement intériorisé, vaste, extensible à l'infini, une attente paisible s'empare de moi, la certitude du miracle. Au moment où le soleil commence à franchir imperceptiblement la ligne de crête, une pensée me vient, ou plutôt c'est une question que mon ami le soleil me pose, elle émane de lui, tranquille, simple, limpide : "veux-tu te lever, mettre fin à cette expérience, pour ne pas en perdre la beauté lorsque j'aurai disparu ?"; c'est comme s'il s'excusait de devoir me quitter avec une sorte d'exquise politesse, et la réponse me vient immédiatement, "pas du tout, je veux rester jusqu'au bout, bien entendu"; alors le soleil me dit : "tu as raison, de ne pas avoir peur de me voir mourir, de toute façon cela eût été la peur de ta propre mort, car le soleil lui ne meurt jamais, la peur de perdre la lumière de ta conscience d'être vivant, d'entrer dans les ténèbres de l'au-delà", mais il ajoute aussitôt : "eh bien, tu as raison de ne pas avoir peur, et puisque tu restes avec moi, je vais te montrer pourquoi : je vais disparaître, mais ma lumière va demeurer avec toi, elle va investir le ciel tout entier de ses couleurs, d'une clarté paisible, encore plus belle et immense, que lorsque j'étais là." Alors je me dis : le soleil m'a appris comment l'on franchit la frontière entre la vie et la mort, et m'a délivré de la peur, puisqu'il m'a appris aussi que cette frontière n'existe pas; et j'acquiers soudain la certitude que lorsque je quitterai la vie, le temps d'arriver deviendra infini, et que j'entrerai conscient et joyeux dans une lumière aussi douce et belle que le soleil couchant."

Accessoires

Produit Remarque Statut Prix
Les maladies du Bien Les maladies du Bien
17,00 € *
"L'ego cache toujours une montagne de pureté" Népalsolo Tome 1 "L'ego cache toujours une montagne de pureté" Népalsolo Tome 1
15,00 € *
"La révélation de soi"                 Népalsolo Tome 2 "La révélation de soi" Népalsolo Tome 2
15,00 € *
*
Les prix sur le site internet sont en euros sans facturation de TVA selon l'article 293b du CGI
Afficher les propriétés de l'accessoire

Parcourir également ces catégories : Nos ouvrages, Terrévada, la révélation de soi.