google-site-verification: google91c43051cad13d90.html

Vers les sommets du couple

Vers les sommets du couple

Allons-y directement et sans détour aucun : Nous sommes Tous des monts Everest en puissance !

 

C'est par ce constat que je tiens à vous entretenir de la dimension véritable de mes deux livres Népalsolo. (L'ego cache toujours une montagne de pureté Tome 1 et La révélation de soi Tome 2)

Ils sont tellement plus que des carnets de voyages ! Au moment du départ de mon premier périple hivernal de 2012, j'étais à un passage clé de mon existence. Celui d'une nécessaire prise de conscience que chacune des épreuves que j'avais traversé de par le passé ne pouvait être autre chose qu'un enseignement. Il fallait transcender ces expériences afin d'en tirer une énergie nouvelle à ma propre révélation ! Voilà le pourquoi de ce brin de folie que d'aller tâter les pieds des plus hauts sommets de la planète en solitaire, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication en hiver. Il n'y avait point d'autre possibilité que de commencer par sortir de ma zone de confort. Le carnet de route, s'il s'annonçait quelque peu extrême, procédait de cette volonté de dépouillement de soi. De découvrir qui l'on EST VRAIMENT quand il n'y a pas de sollicitations extérieures. Pas de télévision, d'internet, de smartphone, de musique, de petite amie, de copains, de discothèques, de bars, de super marchés.... Il me fallait gravir ma propre montagne en solo pour pouvoir m'offrir un jour le droit de côtoyer en profondeur et dans sa dimension amoureuse un autre Everest que le mien ! Ces périples n'étaient autres que la possibilité offerte à sortir de mon enfermement egotique quotidien. En fait, de cette petite bulle que nous nous construisons et que nous nous laissons souvent croire qu'elle est LA réalité !!! Hors, gravir la montagne et regarder sa petite maison (son moi) au beau milieu de toutes les autres constituant une mégapole entière, c'est prendre du recul. Prendre aussi de la hauteur sur les choses au sens propre comme figuré. C'est exactement ce que mes voyages ont permis : dé-zoomer ma vie et mon existence. Relativiser, prendre conscience, m'introspecter en profondeur et sans mensonge aucun. Me regarder vraiment tel que j'étais au cœur de cette solitude et de ce silence extérieur comme intérieur. Voilà la puissante énergie que vous pourriez débusquer entre les lignes.... Je pourrais bien développer sur le périple en lui-même si cela m'en disait mais tout n'est pas là ! Ce qui importait le plus, c'était que mon ego fut tant et tant remis en question là haut. Qu'au delà de toute notion de performance s'ouvrirait une autre voie, d'autres hauts cols à la découverte de soi.... Il ne pouvait se présenter la possibilité d'un couple véritable tant que l'herbe n'avait pas été coupée sous le pied du petit ego. C'est TOUJOURS lui qui est empli de désirs, d'attentes ou autres exigences vis à vis de l'Autre ! Dans le mot « couple », vous pouvez même allez bien plus loin que celui d'ordre sentimental et y voir, par exemple, celui du « maître à disciple ». Afin d'accéder à toute forme de couple digne de ce nom, il me fallait d'abord me donner les moyens de me défricher intérieurement. C'était le salut à la possible rencontre de l'Autre dans sa dimension ultime. Tant que subsistaient en moi des notions de comparaison liées à l'ego, à la compétition, à la peur d'être ou ne pas être ceci ou cela alors la porte au couple conscient ne pouvait, au mieux, que s'entrouvrir ou, au pire, rester totalement close ! Nous avons presque tous cette propension à croire que nos problématiques internes ne sont que mineures et peuvent bien rester inconscientes et/ou cachées. Grave erreur car elles régissent notre comportement et notre vision globale du monde ! Tant que ce travail d'escalade intérieure n'a pas été amorcé, alors nous nous comportons (sans même nous en rendre compte) tels des automates. Action / réaction est notre mode permanent de fonctionnement !

 

 

Lorsque le voyage introspectif est déjà bien amorcé et que l'on a pris conscience de notre mode de fonctionnement branché sur le pilotage automatique, dès lors les vibrations que nous émettons peuvent entrer en communication avec celle d'une ou un Autre ayant, elle/lui aussi, fait son cheminement interne. Les « Népalsolo » procèdent donc de ce travail premier et obligatoire sur soi. De ne surtout pas mettre la charrue avant les bœufs et de s'étonner ou de crier au monde entier notre injustice parce que ça ne fonctionne pas ! C'est le labeur indispensable au stade supérieur du perfectionnement en couple ! L'aventure du couple n'est autre, elle aussi, qu'un voyage. Celui d'une découverte nouvelle de soi au travers de l'Autre.... De l'Autre au travers de soi. Nous devenons ainsi des carnets de voyages aux dimensions multiples : Géographique, humaine et spirituelle ! C'est pourquoi nous recherchons si ardemment un partenaire « idéal » ! Vivre avec l'autre au quotidien et dans toutes nos facettes est un travail presque ultime. On ne peut guère se cacher plus de quelques mois avant que nos souffrances assumées ou refoulées n'explosent au visage de notre bel amour. Nous reste alors à portée de main de tout rejeter sur l'autre, de nier dans une mauvaise foi certaine ou de rompre... Et patatras de notre couple idyllique ! C'est trop souvent ainsi que tout cela finit ou que nous entrons dans une routine mortelle de non engagement et de non perfectionnement individuel et mutuel. La leçon principale de mes périples solitaires himalayens fut donc de tenter d'apprendre à me pardonner, m'aimer et à re-trouver la source de lumière jaillissante que je suis plutôt que de chercher un être à aimer en mode béquille, voire même « chaise roulante ». Arpenter mon chemin montagneux tel qu'il est, en conscience, m'a ainsi progressivement ouvert la voie à une réelle et possible découverte d'une autre... Alors, commençons donc par cet indispensable passage afin de nous offrir la relation que nous méritons de partager avec une/un être en chemin vers les sommets !

 

YS.