Imprimer

Va bosser

Va bosser

En ce jour, je me décide finalement à vous entretenir de quelque chose dont je suis convaincu depuis de nombreuses années! Pour vous le livrer, il a fallu que je transcende moi-même la notion et que je l'expérimente dans mon quotidien.  
Cette dite notion, c'est celle du travail! 
Le monde occidental a délivré, pour schématiser disons depuis le Moyen-âge, une vision toute particulière du travail et de l'emploi. Une incroyable accélération c'est ainsi produite avec l'arrivée de l'aire industrielle et a définitivement celé cette croyance si profondément ancrée à la nécessité d'avoir un emploi, un job.

Quelque chose auquel vous êtes contraints et qui à force de nous avoir été martelée dès l'enfance, nous semble une totale évidence. 
Le genre de certitude que l'on ne peut même pas remettre en question. 
A tel point que si vous regardez bien, depuis que la République et les élections présidentielles existent, aucun candidat n'a même jamais pensé à débattre publiquement de cette "certitude". La question n'est jamais posée car elle est, aux yeux de tous, une évidence. On est là pour bosser, avoir un emploi fixe et permanent jusqu'à 64 ans!!

C'est d'ailleurs le point clé et phare de toute campagne électorale: L'emploi!!!! Mais quelle folie que celle-là pourtant! La merveilleuse croyance nous amène à entendre dès la petite section d'école que l'on doit bien travailler pour avoir un bon travail plus tard! Expliquez moi donc ce qu'un enfant de dix ans peut comprendre à une pareille incongruité?! Pourtant, à force de répétition quotidienne de partout: École, parents, télévision, société....  
Très vite se fait cette délirante acceptation sans même être seulement débattue! 
Quand on explique à nos enfants que l'argent ne tombe pas du ciel pour leur payer une paire de godasses "stylées", une console de jeux vidéo et tout le train train, on a pas forcément tort... 
Mais, on y ajoute aussi que pour cela, il faut aller bosser tous les jours et donc avoir le meilleur boulot que possible afin de se payer le maximum de choses! Et là, on ne mesure pas le grand n'importe quoi de notre argumentation! Dès lors, la boucle semble parfaitement bouclée et tout se déroule comme si de rien était. Votre enfant ne trouve plus rien à en dire! Les rêves d'une possible et véritable humanité sont déjà éteints, tués dans l’œuf avant même d'avoir pu naître! 
N'y a-t-il pourtant pas un moment où nous autres adultes devrions nous interroger?  
Nous sommes entrés à l'école dès l'âge de trois ou quatre ans maximum car nos parents bossaient et que c'était apparemment bien plus important que de s'occuper de nous! Imaginez d'un point de vue inconscient le message que ça délivre à un petit enfant si éloigné de tout ça!

Puis, dès l'age de dix, douze ans, on vous le dit ouvertement et sans détour à l'école comme à la maison: "tu dois bosser à l'école pour réussir dans la vie!" Vient alors l'apprentissage professionnel pour les moins enclins aux fameux devoirs et le baccalauréat puis l'université pour les plus enclins à se plier à faire leurs dits "devoirs"!!! Ça porte vraiment bien son nom: devoirs!!! Ça sonne pour ce que c'est:  
une forme d'esclavage déguisée en liberté toujours conjuguée au futur... 
Quand on y regarde de plus près, une existence peut alors se réduire à 80% de sa vie à bosser! On bosse pour pouvoir payer des fringues, un smartphone ou une console à nos gosses pendant que nous autres adultes trimons à l'espoir d'avoir un logement décent, à défaut qu'il nous plaise, une belle voiture et/ou quelques objets en signe extérieur de richesse!!!! Pensez-vous très sincèrement que votre lumineuse nature d’Être Humain puisse se résumer à cela?

C'est la question que je me suis puissamment posé à l’orée de mes quarante ans. J'avais un job suffisamment rémunérateur, une petite maison, une voiture plutôt flatteuse et mes cinq semaines de congés payés... Et après? Avais-je donc décidé de descendre ici bas juste pour cela? Rien de plus?  
 

 

Quid de mes rêves, de l'amitié, du temps libre, de l'amour véritable, de la simple jouissance d’Être?!  

Même après ce questionnement et cette prise de conscience, il m'a fallu bien des années afin de déconstruire tous ces schémas pré-établis que nous nous laissons fourrer dans le crâne. Faut bien avouer que la puissance de la transmission générationnelle est juste immense....

Chaque génération qui se succède accepte ainsi le fait établi du "travail" non seulement sans le remettre en question mais en plus, en le validant et en y apportant sa touche personnelle d'enfoncement toujours plus contraignant....

En y regardant d'un peu plus près, on se rend compte combien tout cela ne tient qu'à la seule croyance que nous voulons bien y porter. Car il est absolument évident que cela n'a pas grand chose à voir d'avec notre nature d'êtres spirituels! 
Combien il a du falloir nous contraindre de par un passé très lointain pour que nous acceptions de renier si profondément notre condition lumineuse de Créateur Incarné!!! Si nous souhaitons réellement voir émerger un autre monde, un monde nouveau et rayonnant, il va bien nous falloir remettre en question cette sacro-sainte notion du "travail" telle qu'elle nous est imposée. Il faudra repenser la notion du service à l'Autre, oublier celle du "tout profit" et ré-apprendre à nous partager nos talents individuels. Si toute la modernité a été construite sur le modèle de la cupidité et du gain, cela n'avait pourtant rien d’obligatoire.  

 Nous aurions tout aussi bien pu inventer cette société technologique sur le respect et le partage! 
Au final, ce qui nous entrave le plus à faire naître cette belle société, se sont clairement nos peurs du manque et de la pénurie. Cette terrifiante croyance qu'il n'y a pas assez pour tout le monde et qu'il faut savoir tirer la couverture à soi afin d'être certain d'avoir assez pour soi et soi seul! Voilà ce qui a profondément abîmé nos qualités intrinsèques à la compassion, au partage... à l'Amour avec un grand A. Cette logique erronée nous a conduit là où nous en sommes, dans un monde où il n'y a jamais eu autant d'argent et de richesses pourtant accaparés par une poignée d'êtres humains.... Au final, les plus apeurés d'entre nous tous!
A suivre....
Yan SERRE. 
Une petite vidéo complémentaire et explicative:

https://youtu.be/JxChfnveJeo


Affichage par page
Trier par

"L'ego cache toujours une montagne de pureté" NépalsoloT1

15,00 *
En stock
Expédition possible sous 1 jours
Poids du colis: 200 g

"La révélation de soi" Népalsolo Tome 2

15,00 *
En stock
Expédition possible sous 1 jours
Poids du colis: 200 g

Les maladies du Bien ou la philosophie d'un ordinaire.

18,00 *
En stock
Expédition possible sous 1 jours
Poids du colis: 100 g
*
Les prix sur le site internet sont en euros sans facturation de TVA selon l'article 293b du CGI.
La livraison est gratuite dans le monde entier.